> Accueil

INDE - Les boulangers de Leh

Ça y est, la première étape de notre périple est franchie.

Elle nous a mené au Ladakh, province autonome au sein de la région du Jammu et Cachemire au nord de l’Inde.  Nous nous arrêtons à Leh, peuplée de 10 000 âmes, une bonne centaine de chiens qui se font entendre la nuit, et toujours une trentaine de vaches qui se promènent dans les rues. Ce véritable oasis niché à 3600 m d’altitude, le long de l’Indus nous change de la torpeur de New Delhi. Comme une exception de la nature, en plein de désert  de montagnes de sables et de roche, toutes les maisons de la ville ont des jardins magnifiques, grâce à un système d’irrigation ingénieux. On retrouve ainsi dans la rue principale, les femmes qui vendent les produits des potagers. On trouve de tout, tomates, salades, choux, blettes, carottes et bien évidemment les abricots. Les abricotiers font partie intégrante du paysage, dans les jardins, dans les cours des restaurants… ils donnent tous des fruits au goût presque magique. Dans une rue perpendiculaire, des hommes cette fois, vendent à même le trottoir amandes, noix de cajous, abricots secs, et sont les plus tenaces à la négociation des prix.

 

Au détour d’une ruelle, de la fumée s’échappe de minuscules échoppes de chaque côté de la rue. Nous sommes derrière la mosquée, au sein du quartier musulman. L’odeur de  sésame, de feu de bois et de pains mélangées,  ainsi que ces hommes aux gueules noires nous intriguent. Nous nous approchons et découvrons les boulangeries locales ; cabanes en bois juxtaposées au fond desquelles la pâte à pain est confectionnée, pendant que le feu se prépare dans des fours en forme de grande jarres.  Chose curieuse que ces hommes aux têtes de mineurs maniant la pâte avec dextérité, dans une chorégraphie alléchante. Le geste à la fois répétitif et très précis forme une sorte de rituel.

Les pains du cachemire, confectionnés avec de la farine blanche et recouvert parfois de sésame, ainsi que les « Chapatis », pains traditionnels du Ladakh à base de farine complète et plus plat que les premiers, constituent la nourriture de base des ladakhis. Un vrai défilé se prépare, femmes, hommes, enfants se succèdent pour acheter les pains, élément essentiel du repas partagé en famille.

Dans cette ruelle, en compagnie des boulangers, qui sont heureux de nous montrer leur travail, on oublie un peu les touristes omniprésents dans les rues principales ; un saut dans la vie locale et quotidienne de personnages hauts en couleurs qui peuplent la petite ville de Leh.

Nous avons la chance d’avoir un été plutôt sec et chaud ici, ce qui tranche avec la saison estivale de l’an dernier où la mousson est passée par dessus les montagnes et a détruit une partie de la ville. On a donc choisi, nos chemises anti Uv, le pantacourt et la jupe, tenues idéales pour affronter les rayons du soleil qui tapent fort. Laure porte un caleçon noir parfois sous la jupe. Accessoire pratique et indispensable, à avoir dans le sac pour l’enfiler au moment de la visite de temples ou bien dans certains quartiers, comme les quartiers musulmans, où une tenue plus couverte est de rigueur.